« Tout ce qui rappelle Leonard doit disparaître »

Lu ici : Post Belgicatho » Tout ce qui rappelle Leonard doit disparaître  »

L’archevêque Jozef De Kesel met le fruit du travail de son prédécesseur André Léonard en suspens. Les séminaristes conservateurs de la Fraternité des Saints-Apôtres doivent s’adapter ou disparaître.
Après avoir pris sa retraite comme archevêque l’an dernier, André-Joseph Léonard a souligné que son cœur réside dans la formation des jeunes prêtres. En 2013, il avait fondé la Fraternité des Saints Apôtres dans l’idée « de former des personnes compétentes ». Cela se passait notamment à Namur et dans le diocèse français de Bayonne. Dans la paroisse bruxelloise de Sainte-Catherine, ils ont eu le bonheur de faire leurs premiers pas en tant que prêtres.
Son successeur à l’archevêché, Jozef De Kesel, y met fin à présent. La semaine dernière, il a envoyé une lettre à la vingtaine de séminaristes de la Fraternité résidant dans notre pays. Le message est qu’ils ne sont plus les bienvenus sous les auspices de l’archidiocèse de Malines-Bruxelles. Fin de ce mois-ci la coopération prendra fin.
Les séminaristes ont le choix: soit ils quittent la Fraternité et se joignent au séminaire de l’archidiocèse lui-même, ou alors ils y iront chercher ailleurs d’autres statuts.
Le grand nombre de séminaristes français est la base de cette décision. C’est ce que Jeroen Moens, porte-parole de De Kesel, communique. « Dans certaines régions de France, il y a une grande pénurie de prêtres. Il ne serait pas collégial de laisser des séminaristes de la Fraternité à Bruxelles pour y devenir prêtres ».
Le fait que De Kesel met ainsi fin brutalement à l’initiative de son prédécesseur, il ne le nie pas. « Ceci est une autre politique. De Kesel donne sa propre interprétation à ses fonctions d’archevêque. Mais il n’a pas opté pour ce choix en l’espace d’une nuit. Cette décision a été prise en concertation avec les autres évêques. »
« Cela sent l’abus de pouvoir »
La déclaration officielle de l’archidiocèse provoque dans l’Eglise, et même au-delà des frontières nationales, des froncements de sourcils. « C’est une curieuse décision», a déclaré un juriste en droit ecclésiastique, Kurt Martens.
« L’argument selon lequel il y a une pénurie de prêtres, est flagrant pour tout le monde. Nous vivons dans un monde globalisé. Appliquez ce raisonnement et aucun prêtre des Pays-Bas ne pourrait exercer son apostolat en Belgique. Ou des prêtres anversois au Limbourg. »
Cela ressemble à un règlement de compte entre De Kesel et son prédécesseur Léonard. « Tout ce qui rappelle Leonard, doit disparaître. Cela sent l’abus de pouvoir. Il se pourrait que Monseigneur De Kesel doive s’attendre à un été chaud. »
Pour la tendance plus conservatrice au sein de l’Eglise belge, la mise a l’écart de séminaristes constitue un dossier symbolique. Les séminaristes déambulent en soutane et professent une foi plus traditionnelle, inspirée par le prêtre français Michel-Marie Zanotti-Sorkine. Ils constituent un milieu de vie en soi.
Geert De Kerpel, rédacteur en chef de Tertio, relativise : « L’argument de la pénurie de prêtres semble valable. Mais De Kesel adopte bel et bien une nouvelle ligne. On fait pas d’omelettes sans casser des œufs ».
Le Vatican a annoncé «vouloir respecter les pouvoirs décisionnels des évêques et ne peut donc pas faire de commentaires sur leurs décisions ».
L’article en néerlandais :

‘Alles wat aan Léonard herinnert, moet verdwijnen’
Aartsbisschop Jozef De Kesel zegt het geesteskind van zijn voorganger André Léonard de wacht aan. De conservatieve seminaristen van het Broederschap van de Heilige Apostelen moeten zich aanpassen of opkrassen.
Bij zijn afscheid als aartsbisschop vorig jaar benadrukte André Léonard dat zijn hart ligt bij de opleiding van jonge priesters. In 2013 richtte hij het Broederschap van de Heilige Apostelen op met het idee ‘bekwame mensen te vormen’. Dat gebeurde onder meer in Namen en het Franse Bayonne. In de Brusselse Sint-Katelijneparochie kregen ze de kans hun eerste stappen te zetten als priester.
Daar maakt zijn opvolger als aartsbisschop, Jozef De Kesel, nu een einde aan. Vorige week stuurde hij een brief naar het twintigtal seminaristen van het Broederschap die in ons land verblijven. Daarin de boodschap dat ze niet langer welkom zijn onder de vleugels van het aartsbisdom Mechelen-Brussel. Eind deze maand eindigt de samenwerking.
De seminaristen krijgen de keuze: ofwel verlaten ze het Broederschap en sluiten ze zich aan bij de priesteropleiding van het aartsbisdom zelf, ofwel zoeken ze andere oorden op.
Het grote aantal Franse seminaristen ligt aan de basis van deze beslissing. Zo laat Jeroen Moens, de woordvoerder van De Kesel, weten. ‘In bepaalde streken in Frankrijk is er een groot priestertekort. Het zou niet collegiaal zijn om de seminaristen van het Broederschap in Brussel priester te laten worden.’
Dat De Kesel zo een initiatief van zijn voorganger abrupt een halt toeroept, ontkent hij niet. ‘Dit is een andere beleidslijn. De Kesel geeft zijn eigen invulling aan zijn opdracht als aartsbisschop. Maar daarbij is hij niet over één nacht ijs gegaan. Deze beslissing is genomen in samenspraak met de andere bisschoppen.’
‘Dit ruikt naar machtsmisbruik’
De officiële verklaring van het aartsbisdom doet binnen de Kerk, zelfs over de landsgrenzen heen, de wenkbrauwen fronsen. ‘Dit is een merkwaardige actie’, zegt kerkjurist Kurt Martens.
‘Het argument dat er een priestertekort is, hangt met haken en ogen aan elkaar. We leven in een geglobaliseerde wereld. Trek die redenering door en er mogen geen Nederlandse priesters in België aan de slag. Of Antwerpse priesters in Limburg.’
Hij ziet er een afrekening in van De Kesel met zijn voorganger Léonard. ‘Alles wat aan Léonard herinnert, moet verdwijnen. Dit ruikt naar machtsmisbruik. Het zou kunnen dat monseigneur De Kesel een hete zomer wacht.’
Voor de meer conservatieve strekking binnen de Belgische Kerk wordt de verwijdering van de seminaristen een symbooldossier. De seminaristen lopen in soutane rond en staan voor een meer traditionele geloofsbeleving, geïnspireerd door de Franse priester Michel-Marie Zanotti-Sorkine. Ze vormen een leefwereld op zich.
Geert De Kerpel, hoofdredacteur van Tertio, relativeert. ‘Het argument over priestertekort klinkt valabel. Maar De Kesel zet wel een nieuwe lijn uit. Je kan geen eieren bakken zonder schalen te breken.’
Het Vaticaan laat weten ‘de bevoegdheden van de bisschoppen te willen respecteren en daarom geen commentaar te geven op hun beslissingen’.

Stijn Cools

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s